Le laboratoire

Nos tutelles

CNRS
Partenaire
Fédération

Rechercher





Accueil > Présentation

Le Laboratoire

publié le , mis à jour le

Le Laboratoire de Biogenèse Membranaire (ou LBM), UMR 5200, associé avec le CNRS et l’Université de Bordeaux, a été créé en 1994. Depuis Juin 2012, le LBM est localisé sur le campus INRA à Villenave d’Ornon ("Campus Vert"). Le LBM est un des neuf laboratoires de la Fédération de Recherche "Biologie Intégrative et Ecologie". Le LBM conduit des recherches sur le métabolisme et les fonctions physiologiques des lipides membranaires ou non chez les végétaux et les levures. Le LBM a développé un solide réseau de collaborations internationales, nationales et locales et a organisé deux congrès majeurs dans la thématique : l ‘« International Symposium on Plant Lipids” en 2008, l’ “European Symposium on Plant Lipids” en 2013 et le “European Network for Plant Endomembrane Research meeting” in 2016.



Le LBM est organisé en deux axes de recherche qui collaborent étroitement.


- Domaines membranaires de la membrane plasmique chez les végétaux
(Responsable : S. Mongrand) a pour principaux objets d’étude les lipides membranaires tels que les phosphoinositides, sphingolipides, stérols et phospholipides et les protéines impliquées dans les contacts membranaires. Ces travaux comprennent l’étude de sous-domaines spécialisés des membranes plasmiques et des plasmodesmes chez les plantes.
 

-  Lipides, compartimentalisation, traffic membranaire, voie sécrétoire et polarité cellulaire chez la levure et les végétaux (Responsable : P. Moreau) a pour principaux objets d’étude la fonction des lipides membranaires (sphingolipides, stérols et phospholipides) et de certaines protéines spécifiques dans la dynamique du trafic vésiculaire lié à la voie sécrétoire, dans la polarité cellulaire, l’organo-morphogenèse chez les plantes et la cyto-morphogenèse chez la levure.


- L’équipe Biochimie intégrative du métabolisme lipidique végétal"(Responsable : J. Joubès) étudie le métabolisme lipidique et les enzymes qui lui sont associées afin d’appréhender les régulations de ce dernier en situation de stress abiotiques ou biotiques ou durant le développement d’organes végétaux spécialisés. Le projet de l’équipe concerne particulièrement la synthèse des acides gras, leur incorporation dans des lipides complexes et des structures lipidiques telles que les membranes biologiques, les barrières lipidiques (cuticule et subérine) ou les lipides de stockage (gouttelettes lipidiques dans les graines et les fruits, plastoglobules dans les feuilles) chez l’espèce modèle Arabidopsis thaliana mais également chez le palmier à huile ou la microalgue Ostreococcus tauri. Récemment Amélie Bernard a rejoint l’équipe pour développer un projet de recherche concernant le rôle des lipides dans l’autophagie chez Arabidopsis thaliana.


Les travaux du laboratoire bénéficient grandement de l’appui de 3 techniciennes, 2 assistants ingénieurs, d’un ingénieur d’études et d’une ingénieure de recherche.

Le LBM comprend également une Plateforme de Lipidomique, composante de la plateforme « Métabolome » du Centre de Génomique Fonctionnelle de Bordeaux, et une cellule de transfert de Technologie appelée LEB (pour Lipides Environnement et Biotechnologie) Aquitaine Transfert.

La Plateforme de Lipidomique réalise tout type d’analyse lipidique (dosage, identification…) pour les laboratoires académiques et les entreprises. Son activité profite fortement depuis 2011 de la présence d’une ingénieure de recherche permanente (L. Fouillen, IR CNRS) qui développe différentes méthodes d’analyse lipidique en LC-MS/MS et qui anime la plateforme.





L’unité de transfert de technologie (LEB Aquitaine Transfert) est spécialisée dans le domaine des lipides des végétaux et des micro-organismes. Elle propose des prestations de services et/ou de recherches technologiques innovantes dans le domaine de l’environnement et des biotechnologies. Ses partenaires sont aussi bien des organismes publics que des entreprises privées. LEB Aquitaine Transfert a été créé en 2012 par l’ADERA et est animé par une ingénieure de recherche permanente (M. Le Guédard, IR ADERA).